Vous êtes ici : Accueil > Archives > Archives 2008-2009 > Roman collaboratif 5ème > Chapitre 28 : Retrouvailles
Publié : 5 avril 2009
Format PDF Enregistrer au format PDF

Chapitre 28 : Retrouvailles

L’imposant troll fit son apparition. Il faisait trois bons mètres, et était de couleur verdâtre. Cela le rendait monstrueux. Akka cria intérieurement :

« Incroyable ! C’est... Lucie !

_ Mais... c’est impossible ! répondit Guillaume. Elle vit dans les bois ! Et d’ailleurs, comment sais-tu qu’elle s’appelle Lucie ?

_ On s’expliquera plus tard ".

 

Le troll, le dragon, l’aigle et le chevalier se tournèrent vers le repaire des Scorpions. Ils y pénétrèrent sans difficulté. Le troll assommait les gardes avec sa massue, Guillaume crachait du feu sur les guerriers qui osaient s’approcher du groupe. Akka survolait le champ de bataille et attaquait les soldats avec ses puissantes serres. Sylvère, de son côté, tentait de fendre les carapaces des scorpions avec son épée. Ils arrivèrent à la salle du trône et tuèrent Bordred. Les scorpions vaincus, ils quittèrent les lieux. Le troll leur indiqua un chemin qui conduisait à la forêt. Il les guida jusqu’à une grotte. Ils se restaurèrent après avoir fait un bon feu (à l’aide de Hedreen). 

 

« Maintenant, dit celui-ci à l’adresse de l’Aigle du Tonerre, explique-moi comment tu nous connais.

_ Je te connais depuis ta naissance. Ton père m’avait chargé de veiller sur toi. Vers l’âge de 15 ans, tu es tombé amoureux de Lucie, et tu prévoyais de l’épouser. Malheureusement, comme tu étais déjà promis à quelqu’un, ton père Ralf vous a maudits. Quand tu es devenu un dragon, j’ai perdu ta trace, jusqu’à ce que je survole le désert. De son côté, Lucie avait oublié son nom, jusqu’à ce que Sylvère retrouve la Clé des Noms. "

A cet instant, le troll se métamorphosa en une jeune fille que Sylvère reconnut sans hésitation : l’inconnue des bois. Guillaume ouvrit des yeux ronds et cria :

« Lucie ! Je te croyais perdue à jamais au fin-fond de la forêt !

_ Et pourtant, je suis là, Guillaume., dit Lucie d’une voix cristalline.

_ Pouvons-nous, Lucie et moi, nous joindre à votre groupe, afin d’aider Sylvère dans sa quête ?

_ Evidemment ! répondit Sylvère. L’union fait la force, comme on dit ! »

 

Guillaume et Lucie restèrent ensemble toute la soirée. Le lendemain, de très bonne heure, tous reprirent la direction de Montrésor.